ban3 ban4

En guise d’intro :

 

Sous le générique d'alimentation industrielle nous entendrons les aliments préparés et/ou transformés par l'industrie pour nos quatre pattes.

 

Si cette méthode alimentaire est largement utilisée aujourd'hui c'est parce qu'elle a conquis la plupart des vétérinaires et des propriétaires par son coté pratique.

Les gammes de produits sont maintenant larges et couvrent la plupart des besoins des chiens qu'ils soient de petite ou grande taille, chiot ou adulte, actifs ou sédentaires.

Aussi cet article, sans proposer des solutions miracles ou donner des recette toutes prêtes, s'attachera à vous indiquer les pièges à éviter avec ce type d'alimentation.

 

 

Les besoins du Nizinny:

 

Sans entrer dans le détail il faut considérer l’âge du chien et son activité. Un chiot en croissance nécessitera bien plus de calories qu'un adulte ou un vieux chien. Il en va de même si l'on compare une chienne stérilisée à une chienne entière ou un chien sportif et un inactif.

Il faut toujours avoir en tête qu'un Nizinny a une tendance à l'embonpoint reconnue, qu'il est gourmand à souhait et que la seule vue d'une croquette peut le faire grossir ...

Combien de fois avons nous revu en élevage des chiots d'un an trop gros alors qu'ils sont en plein développement osseux et musculaire, des adultes obèses à 6/7 ans, âge à partir duquel comme nous les humains (40/50 ans) la prise de poids est quasi systématique et préoccupante.

Sauf exception, le Nizinny est un chien de berger très sobre en besoins énergétiques comparativement à un chasseur de poids identique type épagneul qui sera beaucoup plus dépensier. Peut être tout simplement parce que même en appartement ce type de chien sera beaucoup plus actif ...

Ensuite il faut bien comprendre que la croquette contient en général beaucoup de céréales. Ceci convient parfaitement à un sportif par un apport calorique substantiel mais risque de devenir une catastrophe si l'on ne prend pas garde au dosage et par conséquent entraîner une surcharge pondérale.

 

Le choix de la croquette:

Combien de fois n'avons nous pas été satisfait de ce que nous donnons à notre compagnon. Combien de fois avons nous essayé de changer de chercher la meilleure marque, la meilleure gamme ... Et combien de fois en avons nous essuyé les conséquences .. au sens propre comme au figuré !

Aujourd'hui les marques fleurissent, la vente en ligne a décuplé leur nombre alors qu'il n'y a pas plus d'usines de fabrications d'aliments. Comme dans toute bonne chaîne  commerciale  qui se respecte on retrouvera les mêmes ingrédients de base commercialisés sous différentes marques ou différentes formes, issues du même fabricant.

Aussi vaut il mieux s'attacher à des gammes de produits qu'aux marques qui les commercialisent.

D'entrée de jeux oubliez les aliments d'entrée de gamme peu onéreux. Ils sont souvent très apétants mais si l'on s'attache à lire la notice, on y retrouvera beaucoup de sous produits animaux, végétaux, additifs ... et encore plus de céréales que partout ailleurs. Bref, tout au plus seront ils intéressants comme 'compléments' d'une méthode alimentaire à base de viande mais certainement pas comme aliment de base au quotidien.

Attention également aux aliments vendus à des prix exorbitants, sauf régime spécifique recommandé par un vétérinaire 'non commercant' dirait on . Il n'y a aucune raison à celà.

Ne vous précipitez pas sur de trop fortes concentrations de viandes ou de protéines, vous serez vite obligés de limiter les doses et votre chien ne mangera jamais à sasiété. on n'aurait pas idée de prétendre nourrir un nizinny avec 100 grs de croquettes par jour. L'un de ses rares plaisirs est justement de manger, respectez le sans toutefois l'engraisser sous ce motif !

Aussi si nous restons sur des marques connues, le choix d'un 'haut de gamme' ou d'une 'moyenne gamme' sera suffisant. La notice doit mettre en avant les termes de  'viande' ou 'riz' plutot  que 'sous produits' ainsi que des pourcentages de composition et de protéines adaptés à l'age et à l'activité du chien.

dans une même gamme de croquettes il existe souvent des variantes de saveurs qui permettent d’éviter les effets d’accoutumance ou de saturation. Ainsi l’alternance de croquettes à nase de poissons, viandes blanches et rouges permettent de varier le quotidien de votre compagnon sans pour autant risquer de fortes diarrhées liées à un changement de marque …

Des croquettes adaptées, bien évidemment !

à la race : si la marque fait le distinguo sélectionnez des croquettes pour chiens de taille moyenne tout simplement

à l'âge : toutes les gammes proposent au minimum des croquettes adultes et chiots. Mais quand considère t on qu un Nizinny n’est plus un chiot ? Physiquement vers 8 mois à un an mais les éleveurs ont tendance à dire que l’on change de croquettes vers 6 mois tout simplement pour ne pas trop ‘booster’ une croissance trop rapide au détriment de la bonne calcification  des os et de la protection des articulations. L’adjonction de complexes vitaminés serait à notre sens une erreur, les croquettes le sont suffisamment !

De plus en plus on voit fleurir des variantes ‘seniors’ elles sont effectivement appauvries en protéines et vitamines, mais attention de ne pas tomber dans le panneau de prix … également adaptés! alors que souvent la simple diminution du dosage de croquettes adultes fera l’affaire…

à l’activité: en principe la simple augmentation de la ration adulte suffit à compenser la dépense énergétique du Nizinny sportif. Là encore on peut se tourner vers du spécifique mais bon …A l’inverse pour un chien peu actif on commencera par réduire les quantités avant d’adopter des croquettes de régime.

Ci dessous un petit tableau récapitulatif donnera quelques indications, bien évidemment ce sont des éléments à adapter en fonction de chaque sujet et des recommandations du vétérinaire traitant.

 

Age

Qualité

Proteines

Graisses

moins de 6 mois

chiot

30 %

20 à 25

6 à 18 mois

adulte

25 à 30 %

20 à 25 %

18 mois à 6/7 ans

adulte

20 à 25 %

15 à 25% si actif

plus de 8 ans

adulte ou senior

18 à 20 %

15 à 10 % voir moins

 

Avantages et inconvénients de l’alimentation industrielle :

Beaucoup verrons à juste titre le coté pratique de ces aliments tout prêts et adaptés par les nutritionnistes des grandes chaines de productions.

Effectivement à l’époque du monde pressé, connaissant l’appétit exacerbé du nizinny il y a fort à parier que la gamelle sera vidée à peine posée au sol. Pas de préparation, pas de gâchis

Donc si dans la plupart des cas la croquette convient, on peut apporter quelques bémols à ce type de nutrition .

l’hydratation du chien : en effet tous les fabricants indiquent de laisser de l’eau fraîche à disposition. ce qu’ils ne précisent pas c’est que tout le travail d’imprégnation de l’aliment se fait alors à l’intérieur de l’organisme et que la sensation de soif persiste et invite le chien à boire plus que de raison. Ceci entraine un travail rénal plus important et ne facilite pas l’acquisition de la propreté rapidement chez le chiot, notamment s’il doit rester seul longtemps. Aussi un moyen de contourner ce petit problème est d’une part de réhydrater les croquettes avant distribution et de limiter la prise de boisson en votre absence.

les allergies : combien de Nizinny rencontrent des problèmes allergiques, combien d’entre eux sont d’origine alimentaire ? ce problème peut faire l’objet d’un article à lui tout seul. Cependant en cas d’allergie à une composante de la croquette, il est difficile de dissocier l’aliment, on change tout ou on adopte des croquettes de régime spécifiques … Mais lesquelles ? et c’est là que commence le parcours du combattant … Donc dans ce cas  il sera préférable de revenir pour un temps ou peut être pour toujours à un régime traditionnel adapté.

l’embonpoint : connaissant les faibles besoins de la plupart des adultes peu actifs, on se pose vite le dilemne de l’équilibre entre quantité et satiété. A force de réduire les doses, on finit souvent par culpabiliser de voir une expression quémandeuse nous suivre à longueur de journée … on craque facilement et c’est là que recommence la spirale de la prise de poids … là encore l’adjonction d’aliments ‘neutres’ tels que les légumes, yaourts maigres … peuvent aider à contourner la difficulté.

la croissance : déjà abordé plus haut dans l’article il faut se méfier des chiots qui poussent comme des champignons au détriment du bon développement du squelette et des ligaments. Si tant est que le chiot a également des problèmes d’obésité lié à un surdosage et qu’on lui donne en plus des croquettes de régime (si, si ca existe !!) alors on court à la catastrophe à brève échéance. C’est un point à surveiller étroitement avec le vétérinaire …

la saturation : chez certains sujets bien que goinfres, il peut y avoir des passages à vide ou un manque d'appétence. Après avoir éliminé les problèmes d’ordre psychologique ou émotionnel (périodes de grossesses nerveuses ou de chaleurs qui perturbent aussi bien les garcons que les filles) on essayera de changer de saveur dans la meme gamme et au besoin d’ajouter quelques activateurs de papilles gustatives comme le fromage ou une sauce quelconque en faisant attention de ne pas tomber dans le piège de l’exception qui devient la règle …

l’accumulation : à toujours donner le même aliment il peut y avoir un développement allergique ou pathologique à long terme lié à l’accumulation d’une composante de l’aliment dans l’organisme. Un moyen de parer à ce problème est la variation de l’aliment distribué. On réduit ainsi le risque potentiel de stocker tout au long de sa vie une substance toxique à long terme.

 

Il n’y a donc pas lieu de jeter l'opprobre sur la croquette il faut juste trouver  la gamme appropriée à votre compagnon. Contrôler toutes les deux semaines la prise de poids soit par pesée directe soit en prenant un pli de peau aux épaules et en arrière des côtes pour vérifier qu’il n’y a pas d’excès de graisse en dessous.

 

© Hillenweck Pierre 2014 tous droits réservés