ban3 ban4

 

Courtoisie : Nizinny Club belge

 

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

 

L’hypothyroïdie est un disfonctionnement de la glande thyroïde (deux petits lobes situés au cou) qui secrète en quantité insuffisante l’hormone thyroïde.

Ce disfonctionnement peut être de deux formes :

- l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie.

L’hypothyroïdie est de loin la forme la plus sérieuse.

La glande thyroïde produit deux hormones : la thyroxine (T4) et la triodothyroxine (T3) qui assurent à votre chien un métabolisme normal.

L’Hypothyroïdie est une maladie auto-immune

Les anticorps Thyroglobuline (TGAA) sont produits en réaction à la glande thyroïde. Pour des raisons inconnues, le corps développe ces anticorps contre la T3 et T4 causant la destruction des cellules de la glande thyroïde..

Rapidement, la glande Thyroïde dégénère ou s’enflamme et ne peut plus produire suffisamment d’hormones. Lorsque le corps produit des anticorps contre lui-même, on dit qu’il s’agit d’une maladie auto-immune.

Dans la majorité des cas, l’hypothyroïdie est provoquée par une maladie auto-immune de la thyroïde suite à la production de TGAA.

Cette forme de disfonctionnement de la thyroïde est très fortement suspectée d’être génétiquement transmissible par simple trait récessif.

La plupart du temps, l’hypotyroïdie n’est pas une menace pour la vie mais elle diminue la qualité de vie et laissée sans traitement adapté elle peut écourter l’espérance de vie du chien.

Cette maladie se développe lentement et de façon insidieuse c’est pourquoi les premiers symptômes sont simplement constatés, négligés ou pris pour des signes de vieillissement.

Souvent, aucun diagnostic n’est réalisé avant le premier phénomène clinique (faiblesse générale, manque de poils) ou troubles neurologiques qui peuvent être également observés.

L’hypothyroïdie peut modifier l’aspect physique

Près de la moitié des chiens atteints prennent du poids (sans changement de nourriture).

Un tiers devient léthargique et absent, et les autres présentent des anomalies au niveau de la peau et de la fourrure. Les cellules de la fourrure étant en diminution, les poils poussent moins et tombent davantage. Les cellules de la peau elles aussi, ralenties font apparaître des rides et des pellicules (séborrhée)

Les animaux atteints sont fragilisés, plus sensibles des articulations et spécialement au niveau des ligaments.

Certains vétérinaires présument également un lien entre les problèmes de comportement et l’hypothyroïdie. Une agressivité accrue est le changement de comportement le plus souvent présumé mais certains vétérinaires supposent que quelques chiens atteints peuvent développer de l’anxiété ou des comportements invétérés.

Autres signes de l’hypothyroïdie chez le chien :

Expression triste ; paupières tombantes ; attaques ; intolérance au froid ; infections chroniques ; queue de rat ; fourrure de bébé ; hyper pigmentation ; mauvaise odeur chronique de la peau ; infertilité pour les deux sexes ; manque de libido ; intervalle prolongé entre les chaleurs ; absence de chaleurs ; chaleurs qui passent inaperçues ; grossesse nerveuse ; chiots faibles, mourants ou morts-nés ; rythme cardiaque lent ; arythmie cardiaque ; diarrhées ; vomissements ; manque de flair ou de goût ; hépatite chronique.

Quelques signes visibles qui apparaissent avec l’hypothyroïdie chez le PON

manque de sous-poil ou sous-poil pauvre, souvent le chien a un joli poil de couverture et à cause de ce manque de sous-poil présente un aspect très élégant.

Hyper pigmentation de la peau, la peau rose s’assombrit, ce qui est surtout facile à remarquer sur les chiens blancs avec peu de sous-poil.

Très souvent l’hyper pigmentation apparaît sur la tête, le cou et le dos.

Tendance à grossir facilement

Manque de résistance au froid

Grattages avec ou sans infections de la peau, infection des oreilles Le poil de couverture peut devenir plus fin et même après traitement la texture peut rester ainsi.

Les signes physiques de l’hypothyroïdie se développent graduellement et varient d’un chien à l’autre, la maladie restant souvent non diagnostiquée.

Mais les vétérinaires ont déterminé que l’hypothyroïdie apparaît à partir de deux ans et est le plus souvent rencontrée chez certaines races : Golden Retrievers, Doberman et Pinscher.

Bien que tous les maîtres doivent penser à l’hypothyroïdie lorsque leur chien change d’apparence ou de comportement, les maîtres des chiens d’âge moyen ou génétiquement prédisposés devraient être encore plus vigilants. Si vous remarquez des symptômes, consultez votre vétérinaire.

 

Comment tester votre chien ?

 

Méthode 1 :

T4 : hormone produite par la glande thyroïde. Une thyroïde malade ne produit pas assez de T4, ainsi dans l’hypothyroïdie, le taux de T4 dans le sang est bas. Cependant, la thyroxine T4 peut être administrée.

TSH : faible dans l’hormone qui stimule la thyroïde. La TSH stimule la glande thyroïde pour produire la T4. S’il n’y a pas assez de T4 dans le sang, il y a de plus en plus de TSH produite. Ainsi, un chien atteint a un fort taux de TSH dans le sang.

Les tests sur la T4 et la TSH nous renseigneront sur le fonctionnement de la thyroïde du chien au moment du test. Ils ne peuvent rien prévoir pour l’avenir. Un T4 bas et un TSH haut déterminent l’hypothyroïdie. Des valeurs limites peuvent indiquer le début de la maladie et le chien sera re-testé de 1 à 6 mois plus tard.

 

Méthode 2 :

TGAA : anticorps de la thyroïde. Très souvent (dans 90% des cas d’hypothyroïdie) les anticorps TGAA apparaissent dans le sang bien avant les signes cliniques et le changement de taux du T4 et du TSH. Ainsi, des anticorps TGAA indique que le chien sera bientôt atteint. Cependant, il peut se passer des années avant que le taux de T4 et de TSH se modifient.

TGAA négatif : signifie qu’il n’y a pas d’anticorps TGAA dans le sang. Dans ce cas le chien ne souffrira pas d’hypothyroïdie dans un futur proche.

TGAA positif : signifie qu’il y a des anticorps TGAA dans le sang. Dans ce cas, le chien sera atteint rapidement ou est déjà malade. Avec un résultat TGAA positif, le chien devrait immédiatement subir les tests de T4 et TSH afin de déterminer s’il est déjà malade. Si les taux sont encore normaux, il devra être testé régulièrement afin de démarrer un traitement dès que les valeurs commencent à changer.

TGAA résultat limite : signifie qu’il n’est pas déterminé si le chien est TGAA négatif ou TGAA positif. Le chien devra de nouveau subir des tests 6 mois plus tard.

Vu qu’en Belgique nous n’avons aucune expérience de tests pratiqués sur des PON, Majka nous décrit les méthodes utilisées en Finlande.

En Finlande, l’hypothyroïdie chez les PON est dépistée de deux façons : Examen sanguin pour le T4 et le TSH qui détermine si le chien est atteint au moment du test et dosage des anticorps TGAA qui anticipe pour le futur.

Nous savons que plus de 90 % des chiens qui seront atteints présentent des anticorps TGAA avant d’être malades. Par conséquent, la plupart des éleveurs préfèrent le test TGAA qui informe sur la prédisposition du chien à être atteint plus tard. Cependant actuellement, nous ne savons pas à quel moment la maladie peut se déclencher. Les articles les plus récents mentionnent que dans certains cas, les anticorps TGAA disparaissent du sang quand le chien doit développer la maladie.

Ainsi si nous dépistions un chien qui est atteint récemment (mais ne présentant pas encore de signes visibles) nous pourrions obtenir un résultat TGAA négatif et penser qu’il est en bonne santé et propre à l’élevage, alors qu’un test un an plus tard donnerait un résultat TGAA positif.

C’est pourquoi maintenant, nous recommandons que tous les chiens subissent le test des anticorps TGAA à 1 ou 2 ans et que ceux dont le résultat est négatif soient testés de nouveau vers 5 ans.

Si vous utilisez la méthode T4 et TSH, le résultat du test ne devra pas dater de plus de 24 mois au moment de la saillie.

Si vous voulez être sûr à 100% que votre chien est en bonne santé, vous ferez les deux tests mais si vous n’en choisissez qu’un, personnellement je vous recommande le test TGAA. Comme je l’ai déjà écrit, il est dit que 90% des chiens qui seront atteints présentent des anticorps TGAA. Ceux qui ne présentent pas d’anticorps mais sont atteints développent une autre forme d’hypothyroïdie qui n’est pas une maladie immune.

Les chiens atteints d’hypothyroïdie ne devraient pas être utilisés pour la reproduction. Ceux dont les résultats sont limites ne devraient pas non plus être utilisés jusqu’au résultat d’un deuxième test signifiant que le chien est indemne.

Ne pas utiliser pour la reproduction un chien dont le TGAA est positif. Ne pas utiliser un chien dont le résultat est limite avant un autre test avec un résultat TGAA négatif.

 

Traitement :

 

Le traitement thyroïdien T4 devrait commencer dès que la formule sanguine indique que le chien est atteint d’hypothyroïdie. Ne pas attendre que des signes visibles apparaissent.

Si vous avez connaissance par la formule sanguine que le chien est atteint pourquoi attendre qu’il soit réellement malade pour le soigner ?

Démarrez le traitement le plus tôt possible afin de garder votre chien en bonne santé.

Quand vous aurez commencé le traitement thyroïdien, vous devrez contrôler le taux de T4 et de TSH 1 à 3 mois après et plus tard lorsque vous aurez trouvé le traitement adapté environ tous les six mois. Au fur et à mesure, vous devrez ajuster le traitement ( en principe augmenter la dose). Le traitement thyroïdien est à vie et si vous avez détecté très tôt la maladie et contrôlé régulièrement la dose correcte de médicament, votre chien aura devant lui de longues années heureuses.

Une fois le traitement commencé, la plupart des chiens atteints sont de plus en plus actifs et présentent moins de problèmes de comportement dès la première semaine. La pousse du poil se trouve accélérée également au bout d’une semaine mais pour les parties nues la repousse peut prendre quelques mois. La plupart des chiens commencent à perdre leur excès de poids en 2 à 4 semaines.

Dans certains cas, les chiens ne reprennent jamais « leur poids idéal » même si vous les alimentez peu. Certains resteront toujours un peu trop gros car l’hypothyroïdie provoque une prédisposition à prendre du poids et même traités à la thyroxine, certains symptômes resteront comme l’embonpoint et une texture douce.

 

Quelques chiffres :

 

En Belgique, nous n’avons pas de chiffre disponible concernant les PON traités pour l’hypothyroïdie. Il n’y a pas ou presque pas de PON dépistés pour cette maladie. C’est pourquoi il est impossible de donner une information sur la situation en Belgique. Cependant en Finlande et en Suède, tous les chiens devant être testés avant de pouvoir reproduire, il m’est possible de vous donner des informations claires pour ces pays.

Tests anticorps TGAA pour les PON en Finlande, 1997 –2002

108 PON dépistés TGAA

73,15% TGAA négatif (79 chiens)

20,37% TGAA positif (22 chiens)

6,48% TGAA limite (7 chiens)

Veuillez noter que cela n’est pas complètement représentatif du nombre de chiens hypothyroïdiens. Sur le nombre de chiens atteints, au moins un ne présente pas d’anticorps TGAA. Nous ne savons pas non plus si tous les chiens dont le TGAA est positif ont développé ou développeront la maladie ( mais il est possible qu’ils le soient ou qu’ils le seront). Ceux dont le résultat était limite n’ont pas été re-testés.

Test anticorps TGAA pour les PON dans les laboratoires SLU à Uppsala en Suède, 1999-Mai 2002 115 PON dépistés TGAA

61,7% TGAA négatif (71 chiens)

17,4% TGAA positif (20 chiens)

20,9% TGAA limite (24 chiens)

L’étude de ces deux statistiques donne une idée plus claire de l’hypothyroïdie chez le PON

 

Conclusion :

 

Bien que l’hypothyroïdie ne soit pas une maladie mortelle, elle représente un impacte important pour la qualité de vie. Si votre chien est atteint, il est facile de lui conserver une vie agréable en le faisant dépister dès que vous suspectez quelque chose. Si vous voulez faire reproduire votre chien et être sûr qu’il est indemne, faites-lui faire le test avant la saillie. Même si votre chien vous semble en bonne santé aujourd’hui, les symptômes peuvent apparaître quelques mois ou quelques années plus tard. A tous ceux qui ont fait faire ces tests, nous demandons de bien vouloir adresser les résultats au comité. Merci beaucoup !

 

Documentation :

Majka Borgström ; Merja Bjorklund ; Etude de la thyroïde sur les Welsh Springer Spaniels par Colleen M O’Keefe Mise en place des nouvelles méthodes de diagnostic de l’hypothyroïdie chez le chien ; Dr S. Reese, Dr U. Breyer, professeur B. Kaspers, Dr T. Globel et professeur W. Kraft

 

Katja Jasica

Comment faire dépister son Nizinny

 Télécharger l'article au format pdf